Martine Brunschwig Graf préside la Commission fédérale contre le racisme | DR

«La hausse de la violence ne disparaîtra pas avec la pandémie»

Le complotisme, en cela qu'il s'échine à identifier un grand responsable de tous les maux, est un terreau fertile pour les dérives racistes. L'ancienne conseillère nationale et conseillère d'Etat Martine Brunschwig Graf confirme.

Théories du complot et racisme vont souvent de pair, estime la Commission fédérale contre le racisme dans sa revue Tangram, dont l’édition du 27 septembre met l’accent sur le complotisme. D’après une enquête de l’institut Link réalisée en mai et en juin 2021 auprès de 3010 personnes, 27% des Suissesses et des Suisses seraient tentés de croire à des théories du complot.

La Genevoise Martine Brunschwig Graf préside la Commission fédérale contre le racisme. Elle s’inquiète devant la résurgence dans les discours de la violence et de la haine à l’encontre des autorités et des scientifiques. Pour elle, ce phénomène ne disparaîtra pas avec la pandémie. Elle revient pour Heidi.news sur le lien entre complotisme et racisme.

Cet article est réservé aux abonnés.