C'est l'été dans le Repparfjord. A cette latitude, le jour ne s'épuise pas. Jours et nuits, des activistes se relaient et bloquent la route menant à une mine de cuivre. Photo: Rachel Barbara Häubi

Les gardiens du fjord: dans les tranchées de la transition verte

L'heure est aux négociations finales à la COP26 de Glasgow mais le paradoxe subsiste: la transition énergétique se fera parfois au détriment de l'environnement et des plus vulnérables. Dans le Grand Nord norvégien se livre d'ailleurs un combat, pacifique et historique. Depuis quatre mois, un camp d’activistes barricade deux mines de cuivre qui empiètent sur les terres ancestrales des Samis - un des derniers peuples autochtones d'Europe. Cette mine, «neutre en carbone, une première mondiale», prévoit de déverser deux millions de tonnes de résidus miniers dans le Repparfjord chaque année, menaçant l’écosystème ainsi que les moyens de subsistance des pêcheurs et éleveurs de rennes samis. Immersion dans le Woodstock du Nord.

Avec ses cinq habitants au kilomètre carré, Alta est la plus grande ville du Finnmark. Après une semaine coupée du monde avec des éleveurs de rennes, ce retour à la civilisation m'étourdit. Au guichet de location automobile, les néons m’éblouissent. Mon esprit est resté là-haut, sur les plateaux ventés du Finnmarksvidda, où les jours sont rythmés par le marquage des rennes et les caprices de la météo.

  • Alors, vous voulez une assurance pour le véhicule?, répète le vendeur pour la troisième fois.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.