Cela fait désormais bien longtemps que le KitKat n'a plus pu organiser son traditionnel Electric Monday. | Photo: KitKat (DR)

A Berlin, des tests Covid chez les fétichistes du KitKat

Nous poursuivons notre périple dans les clubs européens direction l'Allemagne. Plus particulièrement au KitKat, devenu mondialement célèbre grâce sa culture désinhibée mais où se pratiquent désormais des... frottis du nez!

Car oui, les tests Covid ont remplacé les habituels frottements sur la piste de danse. Frankie Flowerz, co-promoteur d’Electric Mondays, un évènement couru de la place, nous en parle. Il se qualifie lui-même «d’ovni malaisien du funk et du groove» évoluant dans le milieu traditionnellement puriste et minimal de l’électro berlinoise.

Chaque lundi pendant près de huit ans, Mohan Das, alias DJ Frankie Flowerz, a fait danser un public fourni du cabaret club KitKat. Un lieu situé dans le quartier du Berlin-Mitte et souvent qualifié à tort de sex club, en raison des spectacles érotiques hebdomadaires qui y sont donnés et de son clients aux tenues vestimentaires débridées. «Au KitKat, le plus important, c’est que chacun se sente libre d’exprimer ses désirs profonds sans complexes», souligne le promoteur d’Electric Mondays, un évènement qu’il a co-créé en 2008 de A à Z avec son partenaire Ricardo Rodriguez.

Cet article est réservé aux abonnés.