Responsable des énergies chez Romande Energie, Maxime Ramstein a constaté au lac des Toules que la production solaire hivernale est aussi très forte en altitude. | Heidi.news

L’invraisemblable retard solaire de la Suisse

La stratégie suisse de sortie du nucléaire et des énergies fossiles mise surtout sur l'électricité solaire. Depuis quatre ans, on installe cependant trois fois moins de panneaux que ce qui serait nécessaire. Et la baisse de la production en hiver reste un casse-tête. Alors pourquoi pas les Alpes, où le soleil brille autant que dans le Sud de l'Italie?

Publié le 22 mars 2022 11:48. Modifié le 31 août 2022 14:41.

En montant depuis l’autoroute vers le village de Bournens, dans le canton de Vaud, on aperçoit un vaste champ en friche. Cette prairie de 7000 mètres carrés, orientée sud-est, c’est depuis deux ans la pierre de Sisyphe de Jean-Christophe Hadorn. Cet ingénieur civil à la retraite se bat pour couvrir ce terrain communal avec 5000 mètres carré de panneaux solaires. Un parc photovoltaïque qui pourrait fournir en courant bon marché les 500 habitants de la commune. Son histoire résume les raisons du retard de la Suisse dans l’électricité solaire.

En matière d’énergies renouvelables, Jean-Christophe Hadorn est un pionnier. Dans les années 1980, il travaillait avec l’inventeur Bernard Saugy sur le projet de mobilité électrique La Serpentine. Il développait aussi des technologies de stockage d’énergie sous forme de chaleur dans la terre, dans des aquifères ou dans des réservoirs d’eau. Une question qui remonte en haut de l’ordre du jour, comme nous le verrons dans notre dernier épisode. A l’époque, cette chaleur ne venait toutefois pas de l’électricité photovoltaïque encore balbutiante, mais du solaire thermique. Jean-Christophe Hadorn était déjà conscient que l’intermittence du soleil est le principal défi de cette énergie.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter