Avril 2020, place de la gare à Vevey. Photo: Robert Di Salvo
Béton, la fin d'une ère? | épisode № 05
Acheter la revue imprimée

Le béton vert, ce tour de passe-passe des géants du ciment

Un béton vert? Un béton écolo? Cela fait doucement sourire l'auteure de notre Exploration. La plupart des géants du ciment affirment avoir trouvé la formule magique, afin de continuer à produire tant et plus. En vérité, leur "performance" est due à une méthode contestable pour calculer le CO2 émis par un résidu de la sidérurgie. Et la véritable innovation, elle, pourrait bien venir des laboratoires de l'EPFL ou des outsiders du ciment, dont un vient de signer un gros contrat à Genève.

«Le béton est écologique». Si vous êtes arrivés au 5e épisode de cette série, vous ne pouvez évidemment pas croire à cette allégation placardée l’an dernier dans plusieurs villes de Suisse par la société Créabéton, sur des affiches où sautent les grenouilles et poussent les plantes.

Affirmer que le béton est écologique est aussi trompeur que de jurer que le diesel est propre.

Créabéton, membre du groupe Vigier, lui-même propriété de la société Vicat, issue de l’inventeur français du ciment en 1817, Louis Vicat, propose des produits à base de ciment composés à 95% de matières premières d’origine suisse, ou recyclés. Cet effort dans l’économie circulaire et la réduction des transports est louable, mais ne transforme pas le béton en un produit écologique.

Il s’agit d’une contre-attaque: l’empire des cimentiers veut se débarrasser de sa réputation de méga-pollueur. Difficile, quand le chiffre de 8% des émissions de gaz à effet de serre lui colle aux basques depuis plusieurs décennies.

Le béton bas carbone, une histoire de calcul

Première stratégie de la part des industriels du béton, l’apparition des bétons dit “bas carbone”. Derrière ce mot magique, se cache un tour de passe-passe: ces bétons sont réalisés avec l’ajout au ciment de “déchets” d’autres industries, dont un coproduit de la sidérurgie, le laitier de haut-fourneaux, qui remplace une partie du clinker, la matière polluante du ciment, et donc du béton. Le laitier, une impureté du minerai de fer, a une empreinte carbone basse, 17 kg par tonne.

Cet article est réservé aux abonnés.