L'architecte suisse Werner Schmidt sur l'un de ses chantiers - en paille! Des appartements de vacances dans le Sud Tyrol italien en 2006. Photo: Atelier Schmidt
Béton, la fin d'une ère? | épisode № 04
Acheter la revue imprimée

Contre le tout béton, la résistance s’organise

Il ne s’agit pas ici de désigner un grand fautif sans proposer des alternatives, car il en existe. Le béton est en soi un matériau assez extraordinaire, à utiliser avec parcimonie. Lorsqu’un 1 m3 de béton émet 250 kg de CO2 dans l’atmosphère, 1 m3 de bois en stocke jusqu’à 700 kg. Bois et fibres naturelles sont renouvelables et peuvent transformer nos architectures en de réels puits carbone. Alors pourquoi ne pas les utiliser davantage? Vous verrez, on est loin du mythe des trois petits cochons.

C'était au début du mois de mai. Nous nous baladions en famille sur les hauteurs de Sion, heureux comme des cabris en cette journée quasi estivale, quand mon fils de cinq ans me demanda:

  • Maman, c’est un chalet cette maison noire?

  • Oui, un mazot.

  • Il est en bois?

  • Oui

  • Hé bien c’est pas solide

  • Pourquoi? Ça fait des siècles qu’il est là!

  • Parce que le loup peut le détruire juste en soufflant dessus

Et voilà l’effet des trois petits cochons sur l’imaginaire des enfants, mais aussi des adultes: les maisons de bois et de paille ne sont pas solides. Nif-Nif et Nouf-Nouf, comme les ont rebaptisés les studios Disney dans leur dessin animé de 1933, sont des hédonistes fainéants qui construisent hâtivement en paille et en bois, tandis que Naf-Naf, practical pig dans la version originale, plus travailleur et plus intelligent, construit en briques, un matériau durable et résistant. Certaines versions de ce conte remplacent même la brique par du béton, après la seconde guerre mondiale. Mes enfants adorent mais moi, cette campagne de promotion de la construction en «dur» au détriment de la paille et du bois m’a toujours horripilée.

Après une diatribe de plusieurs minutes pour démonter le mythe des petits cochons, nous passons devant un autre chalet :

  • Maman ça aussi c’est un chalet en bois, la maison jaune, là ?

  • Alors non, ça c’est un chalet neuf en béton, mais recouvert de bois. C’est un faux chalet en bois, on va dire

  • Alors c’est plus solide?

Il va vraiment falloir que j’aiguise mon argumentaire pour convaincre mon fils, et vous convaincre, lectrices et lecteurs, que le bois et les fibres sont des matériaux de construction à part entière.

Le bois est l’un des matériaux les plus anciens de nos civilisations, avec la terre crue. Comme l'écrit l’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz, il a été non seulement le pétrole, mais aussi le béton de nos sociétés, pendant des siècles. Le tragique incendie de Londres en 1666, qui réduit la ville en cendres, a participé au rejet des maisons de bois au profit de matériaux incombustibles comme la brique ou la pierre. L'avènement du béton au XXe siècle a parachevé la réticence pour ce matériau, et l’a relégué au rang d'alternative.

Cet article est réservé aux abonnés.