Illustration: Juliette Barbanègre

Le syndrome du bébé secoué ne repose sur aucune preuve scientifique

Quelques mois après leur rencontre, Alexandre présente Cyrille à son avocat, Grégoire Etrillard. Ils sont désormais trois à faire front. Cyrille fonde avec d’autres parents et nounous l’association Adikia, «injustice» en grec. Elle réunit aujourd’hui 400 familles.

Publié le 29 juin 2022 14:00. Modifié le 30 juin 2022 17:25.

En Suède, la SBU, équivalent de la Haute autorité de santé française, publie en cette année 2017 un rapport déconcertant. Pendant dix-huit mois, six chercheurs ont passé en revue la littérature scientifique, plus de 3000 articles pour en arriver à la conclusion suivante: le syndrome du bébé secoué ne repose sur aucune preuve scientifique. «Ces articles prennent pour acquis que le secouement provoque des hématomes sous-duraux, des hémorragies rétiniennes et un œdème cérébral. Mais le lien entre le secouement et les symptômes n’a jamais été mis en évidence», m’explique l’un des auteurs, le professeur de médecine légale Anders Eriksson. Il en est le premier surpris. «Personne ne s’attendait à cela, me confie-t-il. Tous les médecins de ma génération ont appris qu’un enfant qui présente des hématomes sous-duraux, des lésions cérébrales et des hémorragies rétiniennes a été secoué.»

A Paris, le rapport de la SBU met le docteur Anne Laurent-Vannier en colère. «Bien sûr, on ne peut pas prendre des enfants que l’on secoue en faisant varier l’intensité et la fréquence, et comparer leur cerveau avec celui d’une population de contrôle.» Cela ne doit pas empêcher, m’explique-t-elle, de «raisonner avec la maltraitance comme avec n’importe quelle maladie. Quand vous avez certains signes, vous pouvez dire que vous avez la rougeole ou la coqueluche. Eh bien, quand vous voyez un enfant avec une rupture de veines ponts, du sang partout en nappes dans le cerveau et des hémorragies rétiniennes, vous pouvez être certain que l’enfant a été secoué.»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter