Stéphane Espic, «gilet jaune» savoyard au château de Buffavent et son épée Excalibur, candidat auto-proclamé à la présidentielle française en 2022. DR
Au cœur de la complosphère | épisode № 06

Sur la piste du gourou Raoult

Avec l’équipe d’AgoraTV, la chaîne YouTube qui diffuse les vidéos des complotistes, nous partons à Marseille pour rencontrer leur idole. Un voyage de trois jours qui nous emmènera devant chez Emmanuel Macron et… au poste de police.

A la mi-août, le caméraman Daniel* me propose de venir avec lui et deux de ses amis «Gilets jaunes» au sud de la France, afin de rencontrer des «lanceurs d’alerte» français et d’essayer d’obtenir une interview du «grand professeur» Didier Raoult, que les complotistes admirent sans limite pour son combat face au système. J’accepte, curieux de découvrir les liens entre «Gilets jaunes», complotisme et Covid. Même si j’appréhende la perspective de passer plusieurs jours avec ces comparses certes adorables mais dont les discours commencent à me fatiguer.

Sur le parking de l’aéroport de Genève, Daniel m’embarque à bord d’une luxueuse berline allemande noire. Je pose mon sac de voyage au milieu des caméras, des drones et des trépieds et m’installe à la place du mort. Première étape: Saint-Genis-Pouilly, en France voisine, où nous attend Gabriel, un des responsables d’AgoraTV et «Gilet jaune» de la première heure que Daniel a connu sur un rond-point. Portugais d’origine, électrotechnicien de métier, il parle fort et avec entrain, apportant immédiatement de la jovialité dans le véhicule. Ambiance rond-point garantie. Nous nous dirigeons ensuite vers Lully, pas loin de Thonon, où nous attend Stéphane Espic. Daniel et Gabriel m’expliquent à quel point Stéphane est «spécial». Mais rien ne pouvait me préparer au personnage que j’étais sur le point de rencontrer.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous