Manifestation anti-masques à Genève, le 12 septembre | MARTIAL TREZZINI/KEYSTONE
Acheter la revue imprimée

«Il existe des dispositions psychologiques, sociales et culturelles au complotisme»

La crise sanitaire de Covid-19 a donné un nouveau souffle aux théories du complot. Pour mieux comprendre ce phénomène, Heidi.news a envoyé un journaliste en immersion, au cœur de la complosphère. Mais que se passe-t-il dans le cerveau des complotistes? Pour y voir plus clair, nous avons échangé avec Sebastian Dieguez, chercheur en neurosciences au Laboratoire de sciences cognitives et neurologiques de l'Université de Fribourg. Auteur de l’ouvrage «Total Bullshit: au coeur de la post-vérité» paru en 2018, ce dernier a beaucoup écrit sur les complotismes. Il est également connu pour ses activités de satiriste, notamment dans le magazine romand Vigousse.

Heidi.news – En lisant les panneaux de manifestations anti-masque, comme celle qui s’est tenue en septembre à Genève, on trouve pêle-mêle des revendications sur le masque, la chloroquine, l’anti-vaccination, lorsqu’il ne s’agit pas de théories lunaires impliquant Bill Gates et la 5G… Comment expliquer cette convergence des complotismes?

Cet article est réservé aux abonnés.