La glace «donnée par Dieu à la Russie» est source de puissance pour Vladika Iakov. | Photo: pravmir.com

«La Russie grandira dans la Sibérie et la glace et imposera son ordre»

Nous sommes toujours à l’Hôtel Kempinsky de Saint-Pétersbourg. L’évêque Iakov, qui a «traversé le feu», et moi, tentant de le convaincre de me laisser l’accompagner sur ses terres hostiles (à tous les sens du terme).

Publié le 21 juin 2022 07:00. Modifié le 22 juin 2022 14:22.

Iakov me dit avoir été passé 20 ans au monastère de la Trinité de Saint-Serge, à l'est de Moscou, avant d'être nommé archimandrite par Sa Sainteté le patriarche Kirill. «Saviez-vous que les bolcheviks avaient transformé ce monastère, cœur de la spiritualité orthodoxe russe, en un centre de formation d'opérateurs radio? Ils avaient l'intention de frapper sans pitié l'âme de notre peuple.» Il me parle ensuite de Pavel Florensky, le prêtre théologien, philosophe et surtout grand mathématicien — «le Léonard de Vinci de la Russie», comme l'appelait son ami Sergueï Boulgakov —, fusillé par les bolcheviks à Leningrad en 1937.

«J'ai écrit à ce sujet, cela devait être mon discours hier devant le président, puis nous en avons décidé autrement. Je citais les sages paroles du père Florensky, “c'est de la science que naît la vraie foi", pour m'adresser à ceux qui consacrent leur vie à étudier l'Arctique et à trouver des solutions pour développer cette région, la plus riche qui existe à la surface de la Terre, que Dieu a donné à la Russie. Le temps est venu pour la science, la vraie science, dans le Grand Nord, de venir à la foi, car le destin de la Russie réside dans la foi, et l'Arctique russe parle de cela, de notre mission spirituelle dans le monde.»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter