Une infirmière remonte une patiente qui a dû passer une scanner en urgence. | Annick Chevillot / Heidi.news

Une nuit de drames et de larmes aux soins continus, celles des soignants et les miennes

La nuit est tombée au CHUV. La tension monte. Sur les écrans de contrôle, les alertes résonnent presque sans arrêt. Des patients sont en situation critique. Une famille se présente, pour les adieux. Le Covid-19 emportera sous mes yeux une vie au CHUV, malgré l'incroyable dévouement des médecins et des soignants.

Dimanche, 19h15

La soirée et la nuit s’annoncent mouvementées. Plusieurs patients se sont présentés aux urgences avec des symptômes de Covid-19. Ils ont été admis au 17e étage, à l’isolement, en attendant de connaître leur statut infectiologique. Les lits pourraient manquer. La cheffe de clinique de ce secteur vient aux soins continus s’entretenir avec David Gachoud, médecin associé du service de médecine interne générale, de garde ce dimanche soir. Une réunion est organisée pour évaluer la situation. Voir si certains patients peuvent être admis en ORL ou en neurochirurgie.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous