Damien Choffat, étudiant en médecine de 6e année, est venu prêter main forte au CHUV. | Annick Chevillot / Heidi.news

Le CHUV est mobilisé par le Covid-19 depuis 1152 heures, je n'en aurai vécu que 24

Le premier patient atteint par le coronavirus a été admis au CHUV le 26 février, 47 jours avant le début de mon immersion. Le jour s’est levé. Je fais le point sur les études cliniques en cours et vais dormir. Les médecins et les soignants continuent: la crise n’est, de loin, pas terminée.

Lundi, 5 heures

Je me suis assoupie une vingtaine de minutes, assise à côté des écrans de télémétrie. Je me réveille en sursaut quand résonne une alarme différente des autres. Le personnel soignant s’active toujours auprès des patients alités aux soins continus du service de médecine interne. Les cas instables le sont toujours, les saturations en oxygène vacillent mais se maintiennent et Christopher Barros Teixeira, le jeune homme de 32 ans rencontré la veille, dort. Il pourra certainement quitter les soins continus dans la journée, après une semaine d’hôpital, son état s’étant visiblement amélioré.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous