Extrait du document interne «A quoi ressemblent nos patients atteints du Covid-19», du dimanche 12 avril.

Après la crainte d'un hôpital en crise, un certain sentiment de maîtrise

Notre récit de 24 heures au CHUV sur le front du coronavirus se poursuit. Du dépistage, aux soins continus, en passant par les arrivées et les sorties, tout converge vers la médecine interne générale. C’est l’œil du cyclone, concentré, déterminé, méthodique, bien organisé. Mieux: solidaire et très humain. Les explications du Dr. Antoine Garnier, médecin cadre spécialiste en médecine interne et expert des processus de gestion de crise, dans son petit bureau.

Publié le 16 avril 2020 12:25. Modifié le 16 avril 2020 21:37.

En un mois, le CHUV a connu un changement radical et violent. Plus de visites, plus de consultations ambulatoires, plus d’opérations électives (programmées). Une maladie gouverne toutes les autres. Le Covid-19 a pris possession des lieux avec un corollaire: l’extension impressionnante du service de médecine interne générale, passant d’une capacité de 160 lits à 260. Il occupe toujours son 17e étage habituel, mais aussi de larges espaces aux 16e, 14e et 13e étages. L’hôpital orthopédique et celui de Beaumont accueillent désormais des patients de médecine interne n’étant pas touchés par le Covid-19. D’autres secteurs ont connu la même montée en puissance: les urgences, les soins intensifs et les laboratoires d’analyses.

20 04 COVADIS Affiche situation v2.jpg
Répartition des patients de médecine interne dans les différents secteurs du CHUV pendant la crise Covid-19.

Dimanche, 12h30

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter