Réservé aux abonnés

Pourquoi les jeunes travailleurs fuient le Tessin

La phrase « Au Tessin il n’y a jamais rien à faire » et à l’ordre du jour. | Keystone / Karl Mathis

Le Tessin subit depuis quelques années une inquiétante hémorragie de jeunes. Selon une récente estimation parue dans La Regione et établie par des chercheurs qui se sont intéressés à la démographie cantonale, 3000 personnes âgées de 20 à 39 ans sont parties depuis 2016, sans que ces départs ne soient compensés. Au point que les observateurs n’hésitent pas à parler d’une véritable «fuite des cerveaux».

Certains partent à l'étranger, d'autres refusent de rentrer au Tessin après leurs études en Suisse alémanique ou romande. La tentation de partir ou de ne pas rentrer s'explique dans la plupart des cas par de meilleures conditions de travail, des salaires plus élevés et un épanouissement professionnel plus marqué.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter