Réservé aux abonnés

Physique, orientation sexuelle... les discriminations scolaires à Genève sous la loupe

Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat en charge du Département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse. | Martial Trezzini/Keystone

«Lutter contre toute forme de discrimination à l’école est au coeur de la mission du Département de l’instruction publique. Mais si on veut lutter contre ces discriminations, il faut d’abord les comprendre». C’est ainsi que la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta a introduit ce 18 octobre devant la presse, la présentation de deux études réalisées par le service de la recherche en éducation (SRED). L’une est une enquête sur les violences au Cycle d’orientation à Genève, l’autre concerne la diversité et les discriminations dans les écoles genevoises.

Pourquoi on en parle. Les discriminations et la violence — à l’égard des élèves — dans les écoles genevoises sont des sujets souvent discutés et médiatisés. Mais jusqu’à peu, des chiffres en la matière manquaient pour comprendre ces phénomènes, qui surviennent dans un canton marqué par la diversité de ses élèves.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter