Réservé aux abonnés

«Nous devons réfléchir au rôle de l’automatisation du travail dans notre société»

Des boissons à l'avoine de l'entreprise Emmi à Suhr sont empilées par un robot pour être distribuées. | Keystone / Christian Beutler

Il y a un mois, l’EPFL et l’Université de Lausanne mettaient en ligne un outil permettant de calculer la probabilité qu’un métier soit à l’avenir automatisé et confié à des robots intelligents. Les deux établissements proposent également des reconversions professionnelles pour ceux qui sont les plus à risque. Si ce projet dresse un tableau intéressant de l’avenir du travail face à l’évolution de la technologie, il soulève beaucoup de questions quant aux avantages et aux risques plus larges liés à l’automatisation de nos emplois. Anna Leander, professeure en relations internationales et sciences politiques à l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève (IHEID), experte en sécurité des marchés, y répond.

Heidi.news — L’outil de l’EPFL propose des reconversions pour les métiers les plus sensibles face à la robotisation. Selon les chercheurs, presque tous les secteurs sont touchés. Est-ce qu’il y aura une diminution globale des places de travail?

Cet article est réservé aux abonnés.

Pour lire la suite de cet article et des milliers d'autres, abonnez-vous à partir de CHF 16.- par mois.

Le journalisme de qualité nécessite du temps, de l'investigation et des moyens. Heidi.news est sans publicité. L'avenir de votre média dépend de vous.

Je profite des 30 premiers jours gratuits

Les bonnes raisons de s’abonner à Heidi.news :

  • Un mois d’essai, sans engagement sur votre premier abonnement
  • La newsletter le Point du jour édition abonnés
  • Les archives en illimité
  • Des échanges avec nos journalistes