| | News

«Les demandes de cours d’appui scolaire affluent depuis le début du mois»

Image d'illustration. | Gaëtan Bally / Keystone

Cet article est extrait de notre newsletter quotidienne «Sortir de la crise». C'est gratuit, inscrivez-vous!

Arnaud Trépey est le doyen de FuturPlus, des centres de formation à Lausanne, Montreux et Yverdon-les-Bains qui proposent des cours d'appui scolaire pour les élèves. Créé en 2009, FuturPlus propose des modules en groupe portant sur une branche spécifique, des semaines de remise à niveau ou encore des cours individuels. Les cours sont assurés par une soixantaine d’enseignants.

En cet été marqué par la pandémie, soucieux du retard accumulé par leurs enfants durant le confinement, les parents sont plus nombreux que les années précédentes à solliciter du soutien scolaire. «Ils veulent que leurs enfants rattrapent ce qui n’a pas pu être fait l’année dernière et soient prêts pour la rentrée, explique Arnaud Trépey. Juillet a été calme, comme d’habitude. Les élèves étaient fatigués. Beaucoup ont subi l’école à distance et avaient besoin d’une pause. Nous déconseillons d’ailleurs de programmer des cours d’appui au début des vacances d’été.»

«En revanche, pour août, la demande est importante. Elle s’est surtout manifestée plus tôt que les autres années, dès le tout début du mois. Les familles font appel à nous pour les mathématiques, le français, l’allemand et l’anglais: les branches principales soumises à examen. Chaque élève a ses forces et ses faiblesses, et de manière assez classique, les parents souhaitent donner un coup de pouce de manière ciblée à leur enfant dans la matière dans laquelle il rencontre des difficultés.» La demande concerne essentiellement les élèves qui se trouvent dans des années charnières, par exemple ceux qui entrent en 8e ou en 11e.

Les parents sont-ils plus inquiets? «Ils sont soucieux de la réussite scolaire de leur enfant par nature! Mais on sent que la pandémie a rajouté une couche supplémentaire à leur inquiétude. D’autant plus que les autorités vaudoises ont mis du temps à communiquer concernant les contours de la rentrée scolaire. Dans le flou, ils ont préféré prendre les devants.»

En Allemagne et en France, les autorités ont mis en place des programmes de rattrapage durant l’été pour atténuer les disparités entre élèves. Les cantons suisses n’ont pas suivi ce chemin. A la rentrée, le défi pour les écoles consistera à cibler ceux qui nécessitent un suivi particulier. De son côté, FuturPlus s’attend à un afflux, avec davantage de demandes d’appui scolaire, plus rapidement que les années précédentes.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi