Réservé aux abonnés

Le bureau individuel a presque vécu, place à l'espace collaboratif

Image d'illustration .| Keystone / Gaëtan Bailly

Il fallait une balise pour marquer la fin de la crise Covid-19. Le 16 février, le Conseil fédéral annoncera la fin des restrictions sanitaires en Suisse. Climat, santé, technologie, éducation, vie quotidienne: durant la semaine qui précède cette échéance, Heidi.news explore ce qui sera le monde d'après.

«Je vais travailler.» Pendant longtemps, cette phrase a été synonyme d’un déplacement. On quittait son logement, l’endroit où l’on habitait, pour un autre lieu, celui où l’on allait exercer son activité professionnelle. Son bureau. Avec une chaise, une table, un espace à soi, sur lequel on pouvait éventuellement poser une photo ou n’importe quel autre objet personnel. Mais ça, c’était avant cette pandémie de Covid-19 qui force aujourd’hui à repenser l’aménagement intérieur de l’espace de travail, pour tendre vers une approche plus collective et collaborative.

Pourquoi on en parle. «Nous avons hérité d’un système créé il y a plus d’un siècle, à l’époque industrielle», analyse le Français Bruno Marzloff, sociologue des mobilités et du travail. «Dans la rythmique fordique, on va sur le lieu de travail, on s’abstrait du reste quand on est dans son univers professionnel.»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter