Réservé aux abonnés

La semaine de quatre jours conviendrait-elle à la Suisse?

Patrick Tundo, directeur d'Assymba, devant l'écran qui indique le tournus entre ses collaborateurs/.Isabelle Boudjkhi

Chaque semaine l'équipe du Flux «Apprendre & Travailler» vous présente un aperçu de la page Carrières du Temps, dans le cadre de la nouvelle collaboration entre les deux médias.

Travailler quatre jours sur cinq, mais quand même être payé à 100%? Le modèle est encore très rare en Suisse. Le Temps s’est rendu chez la PME Assymba à Bussigny (VD), qui a instauré ce système depuis septembre dernier. A-t-il des chances de se généraliser et, surtout, serait-ce souhaitable?

Pourquoi on en parle. La Grande-Bretagne s’essaie pour six mois à la semaine de quatre jours avec plus de 3000 employés. D’autres pays testent ou ont testé le modèle, comme l’Islande, l’Espagne ou encore la Nouvelle-Zélande. Outre la PME Assymba, des économistes, une association patronale et un syndicat nous ont donné leur avis sur ce phénomène.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter