Réservé aux abonnés

La programmation, bête noire de l’éducation numérique?

Des enfants apprennent à programmer un robot, lors de la journée portes ouvertes de la Faculté Informatique et Communications de l'EPFL en 2014. (KEYSTONE/Anthony Anex)

«Programmer signifie communiquer avec l’ordinateur pour lui dire ce qu’il est censé faire dans un langage qu’il comprend», résume Juraj Hromkovic, professeur à l’école polytechnique de Zurich et spécialisé dans l’enseignement informatique. Rarement le proverbe «plus facile à dire qu’à faire» n’aura été aussi vrai. Coder nécessite non seulement une connaissance des langues informatiques - comme java, python ou c++ - mais aussi une compréhension de la notion d’algorithme.

Pas étonnant donc qu’elle soit l’un des aspects de l’éducation numérique les moins maîtrisés du corps enseignant. Elle fait pourtant partie du plan d’étude 21, enseignée dans le cadre des sciences de l’informatique. À terme, elle sera apprise par l’ensemble des élèves romands de la scolarité obligatoire, même si à l’heure actuelle, son introduction dans les classes se fait pas à pas.

Pourquoi on en parle. Pour Juraj Hromkovic, cet apprentissage prépare les jeunes au monde du travail de demain:

«Personne ne sait à quoi ressembleront les métiers du futur, mais nous sommes certain que l’automatisation deviendra reine. Pour moi, il est essentiel que les jeunes apprivoisent ce processus, non seulement pour le comprendre, mais aussi pour le contrôler.»

Le professeur, qui a participé à la création d’une quinzaine de livres pour enseigner la programmation dès l’âge de 4 ans, estime que l’éducation numérique suisse se concentre pour le moment trop sur l’aspect média sans laisser une place suffisante aux sciences de l’informatique. Alors qu’au Canada on se prépare à inclure la programmation pour tous les élèves dès l’âge de 6 ans dès la rentrée scolaire de septembre 2022, ici, nous sommes encore à l’état de projet pilote dans la plupart des cantons romands.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter