| | Idées

Google va-t-il «hacker» le diplôme universitaire?

Johann Roduit

Le Dr. Johann Roduit est fondateur de Conexkt - innovation studio à Sion. Cet article a été traduit et adapté d’une version en anglais publiée sur la page UX Collective sur Medium.

D’habitude, je ne «binge watch» — regarder une série en une traite — que sur Netflix. Mais après avoir lu un article sur le projet de Google de lancer un nouveau cursus de formation et de certification professionnels, suite à l'annonce faite par son CEO Sundar Pichai le 11 mars, j'ai eu envie de tester cette plateforme. J’ai donc suivi d’une traite l'un de leurs cours sur UX Design.

Mes motivations. Bien sûr, ce sont des compétences qui me seront utiles pour divers projets dans lesquels je suis impliqué. Ayant travaillé dans l'enseignement supérieur et dans l'innovation durant de nombreuses années, les nouveaux outils pédagogiques m’intéressent. En tant que personne formée à l’éthique, j’étais aussi curieux d’examiner le rôle qu’elle peut jouer dans l’UX Design. Je fais enfin partie d'un groupe de conseil qui étudie l'opportunité de lancer une nouvelle université en Suisse.

Comme Neo dans la Matrice

Douze heures d’apprentissage intensif plus tard, de 8h03 à 23h33, j’ai fait tous les exercices et passé tous les tests, et obtiens mon certificat le 13 mars. Je me sens un peu comme Neo dans la Matrice. Bien qu'il s'agisse d'un cours introductif, il m’a donné des notions de base sur le design thinking auxquelles me référer.

L’analyse du produit. Dans l'ensemble, l'expérience utilisateur a été remarquable, ce qui n'est pas surprenant pour un cours sur les «fondements de la conception de l'expérience utilisateur (UX)». La prestation, la conception et les exercices étaient parfaits pour ce que je voulais apprendre. Le cours lui-même explique:

«Pour que l'utilisateur vive une bonne expérience, le produit doit être utilisable, équitable, agréable et utile.»

D’où l’idée de retourner les enseignements du cours pour analyser… le cours en lui-même. Je présente ensuite quelques réflexions éthiques générales concernant cette évolution continue vers l'enseignement en ligne.

Le crash test

L’utilisabilité. Le produit est simple à utiliser, le contenu bien structuré. Dans le menu en haut à droite, vous pouvez toujours passer à la section suivante du cours, grâce à un bouton facile à repérer. Le menu de gauche est accommodant, il permet de naviguer aisément vers les différentes sections du cours et savoir exactement où l'on se trouve dans le cours.

L’interface s’adapte directement à différents types d’écrans (responsive design), je pouvais donc également suivre une partie des leçons sur mon téléphone portable. Une autre fonction utile est la possibilité d'avoir un résumé visuel de l'état d'avancement du cours, qui aide à suivre ses propres progrès.

L'une des meilleures fonctions, selon-moi, est le bouton «Enregistrer mes notes». Cela me permet de prendre une capture d'écran de la diapositive en cours et d’enregistrer automatiquement son contenu dans un bloc-notes. J’aurais toutefois souhaité que cette fonction soit disponible pour toutes les parties du cours, y compris dans un format texte. Pour l'instant, elle n'est disponible que lors du visionnage d'une vidéo.

Un petit point faible, toutefois. Il n'était pas clair au début qu'il y avait différents modules pour le cours. J'ai eu du mal à faire la différence entre le certificat d'un cours et le certificat de l'ensemble du programme, qui comprend sept cours pour obtenir la certification professionnelle.

L’accessibilité. Le produit est équitable pour au moins deux raisons: il est accessible financièrement et s'adapte aux différents styles et capacités d'apprentissage. Sur l’aspect financier, Google indique:

«La plupart des personnes inscrites termineront le programme en six mois ou moins, ce qui représente un coût d'environ 240 dollars américains.»

Pour l'instant, j’en suis toujours à mon essai gratuit de sept jours. En termes de coût, de ce que j'ai pu apprendre, il s'agit bien d'une révolution. Google fournit également une aide financière avec 100’000 bourses d'études.

Il s'agit là d'une approche fondamentalement différente des programmes d'éducation traditionnels qui reposent sur de lourds prêts étudiants (surtout aux Etats-Unis). Pour cette certification, Google a déterminé que le salaire moyen d'entrée dans le domaine de la conception UX était de 58’600 dollars et qu'il y avait actuellement environ 113’700 offres d'emploi dans ce domaine rien qu’aux États-Unis. De quoi motiver un grand nombre de futurs concepteurs UX.

Le produit permet aussi différents styles d’apprentissage, grâce à des fonctionnalités telles que les sous-titres, les transcriptions écrites et les vidéos. Ces fonctionnalités rendent l’interface accessible à un large éventail de personnes issues de milieux différents et ayant des capacités d'apprentissage différentes.

Le confort d’utilisation. Le mélange de vidéos, de questions courtes, de quiz et de tests donne beaucoup de dynamisme. Le fait que le cours soit divisé en différentes sections, pour lesquelles vous pouvez obtenir des certificats séparément, accroît la motivation à finir la certification professionnelle. Enfin, la fonction intégrée à la fin du cours, qui vous permet de partager votre réussite, est également très gratifiante.

L’intérêt. Ce cours résout deux problèmes cruciaux concernant l'éducation de la force de travail de demain: le manque de culture numérique et la requalification due à la pandémie. Google a constaté la nécessité de disposer de compétences numériques particulières, utiles pas uniquement pour son entreprise, mais également pour l’économie en général.

La disruption de l’enseignement supérieur

La fracture numérique est très problématique pour former les travailleurs d'aujourd'hui et de demain.

«Alors que de plus en plus d'entreprises adoptent des méthodes de travail numériques, on estime que 50% de tous les employés auront besoin d'une nouvelle formation d'ici 2025.»

La Covid a accéléré la transformation numérique. Les cours virtuels changeaient déjà la donne. Au lieu d'attendre que d'autres institutions forment leurs futurs travailleurs, Google a décidé de dispenser des cours elle-même.

«Non seulement nous embauchons les diplômés de nos cours, mais nous utilisons ces programmes afin d’améliorer et de renouveler les compétences de nos équipes, allant des techniciens de l'assistance informatique aux analystes de données.»

Formation universitaire ou continue? Les établissements d'enseignement au sein desquels j'ai reçu mon éducation «traditionnelle» (Calgary, Zurich, Vancouver et Oxford) sont tous des produits de l’ère pré-numérique. Google et Coursera sont des produits nés de la révolution numérique. Je peux confirmer qu'ils placent l'utilisateur au centre. Le temps où l'on acquérait un diplôme ou une compétence spécifique et où l'on pouvait ensuite arrêter d'apprendre pour le reste de sa vie est révolu.

Je ne sais pas si cela va bouleverser le mode d’enseignement universitaire, mais il est certain que cela va le remettre en question. L'apprentissage en ligne l'a déjà fait. Néanmoins, il pourrait aussi être considéré comme un outil complémentaire permettant aux gens de continuer à apprendre tout au long de leur vie. Je le vois comme un excellent outil de formation continue ou d'apprentissage.

Les questions éthiques

Des questions éthiques peuvent compléter cette évaluation du produit. Est-il inquiétant que Google - une institution privée - puisse interférer dans des établissements d'enseignement traditionnels? Ou était-ce le moment de faire quelque chose pour un système qui n’est plus en phase avec son temps? N'est-il pas déconcertant que Google et d'autres géants de la technologie façonnent une si grande partie de nos vies, et à présent aussi du système éducatif?

Surtout compte-tenu d’un aspect essentiel du cours:

«Un bon design UX ne se remarque pas.»

Le design n’est pas un terrain neutre. Et pour cause: Google et autres géants de la technologie dominent tant le monde du design que nous ne le remarquons même pas. Cela ouvre de vastes problèmes éthiques concernant les interfaces truquées (deceptive patterns). Cependant, j'ai été ravi de voir que différentes sections de ce cours couvraient des aspects éthiques, tels que le design inclusif et le design axé sur l'équité. Cela confirme une fois de plus qu’aucun design et aucun processus de conception ne sont totalement neutres en termes de valeurs.

Pouvons-nous nous adapter à la vitesse du changement? Sur la base de mon travail de doctorat, je dirais que l'humain devient effectivement obsolète à la lumière de la révolution numérique. Certains affirment que nous devrions nous améliorer et même fusionner avec les machines pour suivre le rythme.

Mais dans quel but? Je propose une alternative: accepter notre vulnérabilité humaine et co-concevoir un monde où nous n'avons pas besoin de nous améliorer constamment pour compenser notre vulnérabilité commune. Ce que je proposais dans Éloge de la fragilité à l'ère de l'Homme augmenté.

En conclusion

Tant en termes de contenu que de format, je pense que ce produit est de très haute qualité, ce qui n'est pas surprenant sachant que Google et Coursera sont des sociétés qui placent le design au premier plan. Toutes deux sont des produits issus de la révolution numérique. La disruption des modèles pré-numériques semble inévitable. Prêtons toutefois attention à ce que l'éthique soit intégrée dès la conception de produits, et en particulier dans le domaine de l’éducation.

En tant que recruteur, je peux confirmer que le fait d'avoir des certificats de formation continue dans votre parcours éducatif fait une énorme différence. Cela montre un esprit curieux qui comprend comment le monde évolue, et que vous êtes prêt à acquérir de nouvelles compétences. Je suis convaincu que cela va changer la donne pour notre système éducatif. Cela ne va peut-être pas bouleverser complètement le cursus universitaire, mais j'y vois un excellent produit pour la formation continue. Mais peut-être ne vais pas «binge-watcher» pour autant le reste des cours!

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi