| | Interview

Gisou van der Goot: «A l’EPFL, tout le monde souhaite une institution plus inclusive»

Gisou van der Goot, la nouvelle vice-présidence pour la Transformation responsable. | Alain Herzog / EPFL

A l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l’année 2020 s’est terminée par un déferlement de témoignages sur les réseaux sociaux, dénonçant sexisme et homophobie. L’année 2021 démarre par une réorganisation à point nommé de sa direction. Depuis le 1er janvier, une nouvelle vice-présidence pour la «transformation responsable» travaille à rendre l’institution plus inclusive et plus à même de répondre aux défis environnementaux et climatiques.

C’est Gisou van der Goot, doyenne de la faculté des sciences de la vie, qui a été choisie pour piloter cette nouvelle entité. Le poste aurait même été créé sur mesure pour cette personnalité à l’enthousiasme contagieux, dont le franc-parler et l’engagement concernant l’égalité de genre détonnent dans le milieu académique. Pour Heidi.news, elle détaille ses espoirs et ses ambitions.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi