Réservé aux abonnés

«Finir sa thèse au chômage, c'est se sentir comme un imposteur»

Une jeune chercheuse témoigne du poids d'une carrière académique | Unsplash

Entre culpabilité et craintes pour l'avenir, une doctorante qui termine sa thèse en étant inscrite au chômage témoigne.

Lila* a 32 ans. Pour témoigner, elle préfère rester anonyme. «S’exprimer sur les difficultés du monde académique, c’est un risque pour les chercheuses et chercheurs», confie-t-elle.

Lire aussi: Ces doctorants qui finissent leur thèse au chômage

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter