| | News

Faut-il en finir avec les devoirs à la maison?

Un écolier de 3P effectue ses devoirs a la maison à Lausanne. | KEYSTONE/Laurent Gillieron

Dans le canton du Jura, le parlement vient de confier au gouvernement la mission de revoir le système des devoirs et de réduire le temps que les enfants y consacrent.  L’occasion de se poser une question qui refait surface de manière récurrente dans les débats sur l’école: à quoi doivent ressembler les devoirs, désormais souvent vus comme une source de tension dans les familles, un poids dans les journées déjà très longues des enfants et un vecteur d’inégalités? Ne faudrait-il pas tout simplement s’en passer? Certains, comme la commune de Kriens, dans le canton de Lucerne, ont franchi le pas.

Pourquoi c’est intéressant. La controverse sur le travail à domicile des élèves existe depuis le début du XXe. Tout au long du XXe siècle, les devoirs ont été remis en question, puis réhabilités, avant d’être à nouveau critiqués. En 2020, le sujet divise toujours autant. Parmi les parents, les enseignants et même les élèves, on trouve des défenseurs aussi bien que des détracteurs. Et la recherche, qui n’a pas tranché non plus, n’apporte qu’un secours relatif dans la bataille des arguments.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi