Réservé aux abonnés

Face aux écrans, les parents ne montrent pas l’exemple

En Suisse, les adultes passent en moyenne 2h30 par jour sur leur smartphone. | Unsplash

Les parents sont nombreux à se soucier de la consommation de téléphones, tablettes et jeux vidéo de leurs enfants. Mais ils ont aussi le plus haut «score d’usage addictif» de smartphone.

Traîner sur Facebook ou Instagram, vérifier le temps qu’il va faire ou répondre au dernier message de son collègue: en Suisse, les adultes passent en moyenne 2h30 par jour sur leur smartphone. Et les parents de jeunes enfants n’échappent pas à cette obsession pour les écrans. Selon une recherche en cours à l’Université de Lausanne, ils en font même un usage particulièrement intensif.

Pourquoi c’est intéressant. La littérature scientifique montre que les écrans réduisent l’attention des parents et affecte la qualité des interactions au sein des familles. Selon les spécialistes interrogés par Heidi.news, lorsque les enfants sont petits, c’est en particulier l’attention parentale détournée qui est problématique. Plus tard, le comportement loin d’être exemplaire des adultes brouille le message d’une utilisation raisonnable qu’ils veulent faire passer à leur progéniture.

La consommation des parents. Pour en savoir plus sur le comportement des parents, nous avons parlé à Yasser Khazaal, professeur à l’Université de Lausanne et médecin chef du service de Médecine des addictions au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter