Réservé aux abonnés

Ecole inclusive ou roulette russe: des parents genevois face à l'angoisse de la rentrée

Image d'Illustration | Keystone / AP Sucession Picasso

A Genève, à quelques jours de la fin de l'année scolaire, nous avons trouvé plusieurs parents d’élèves porteurs de trisomie 21 plongés dans l’angoisse. Ils ne savent pas ce qui attend leur enfant à la rentrée prochaine. Leur orientation dans une classe intégrée (CLI), une école spécialisée ou même une classe ordinaire demeure incertaine et souligne des carences de l'école inclusive. Voici leurs témoignages. 

Jeanne* et Léo*

«Je pense à ces parents qui n’ont ni le temps, ni les moyens de créer quelque chose pour leur enfant», pose d’emblée Jeanne, la mère de Léo, un adolescent porteur de trisomie 21.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter