Réservé aux abonnés

Doit-on vraiment se fier à notre avis sur l'école?

Image d'Illustration | Keystone / Laurent Gilliéron

La réforme du cycle d’orientation à Genève divise. Au cœur du débat public, de nombreux avis fustigent sans détour le fait de regrouper des élèves aux aptitude différentes dans une même classe. A contrecourant total de ces opinions, les sciences de l’éducation valorisent cette mixité. Un clivage qui soulève une interrogation: nos opinions sur cette réforme du secondaire I, et plus largement sur les questions liées à l’école, se valent-elles toutes? Deux spécialistes de l’éducation livrent à Heidi.news leurs réponses et réflexions.

Le contexte. Les Genevois se prononcent le 15 mai sur la réforme du secondaire I intitulée CO22. Le but de la refonte portée par le Département de l’Instruction publique (DIP) est de réduire les inégalités entre élèves. Comment? En les regroupant, indépendamment de leurs aptitudes, en une seule et même classe lors des deux premières années du cycle (9e et 10e). A noter que des enseignements et exigences différenciés seront quand même dispensés dans certaines branches, dont les maths et l’allemand.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter