| | Interview

Des mentors à l’EPFL pour remonter le moral des premières années

Image d'illustration. | Pixabay

Ce témoignage est extrait de notre newsletter hebdomadaire consacrée à l'éducation et ses grands enjeux «Le Point fort éducation». C'est gratuit, inscrivez-vous!

Cours virtuels, quarantaines, interdiction de faire la fête… Les étudiants de première année en 2020 entament leur parcours universitaire dans des conditions difficiles. C’est pourquoi l’EPFL a lancé début novembre un programme de mentorat. Près de 300 étudiants de bachelor et master ont été sélectionnés sur candidature pour accompagner ceux de première année. Cette participation est rémunérée 24 francs de l’heure, de quoi compenser un peu la perte de petits boulots.

Manon Michel, 21 ans, qui effectue un master en Systèmes de communication, fait partie de ces mentors: «Nous offrons un soutien moral pour être sûrs que les étudiants ne décrochent pas, qu'ils gardent la motivation et qu'ils se sentent à l'aise.» Une aide indispensable alors que la plupart des cours se déroulent à distance.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi