Réservé aux abonnés

«Démissionner est une forme d'autodestruction»: Quand le climat pousse à changer de carrière

Victor Cannilla, avant (chez Boston Consulting Group) et aujourd'hui. | Captures d'écran.

Avez-vous envisagé de changer d’emploi cette année pour travailler davantage sur des questions liées au climat? 15% des répondants d’une étude menée fin juin en Belgique, en France et aux Etats-Unis, notamment, ont répondu oui. L’étude a été réalisée par Kite Insights, une agence de recherche et de communication stratégique basée à Londres, qui a une succursale à Genève.

En Suisse, qui sont celles et ceux prêts à bouleverser leurs carrières pour trouver un emploi qui leur paraît plus en adéquation avec la lutte contre le réchauffement climatique, ou carrément pour militer?

  1. Un jeune talent qui a dit non à une brillante carrière en entreprise,

  2. un quinquagénaire prêt à bloquer les routes et

  3. une étudiante qui se sentait tiraillée entre deux vies nous racontent leur choix.

Pourquoi on en parle. Le réchauffement climatique peut nous amener à nous poser des questions au quotidien, sur le fait de prendre l’avion, de manger de la viande ou encore d’acheter local. Les réflexions sont parfois plus fondamentales, puisque certains disent hésiter à avoir des enfants pour cette raison. La vie professionnelle et la carrière peuvent donc aussi faire l’objet de réflexions en ce sens.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter