Réservé aux abonnés

Aider les jeunes sans diplôme, ça fonctionne vraiment

La Fondation privée Qualife coache et accompagne les 18-25 ans genevois qui n'ont pas de certification | Pixabay / Wokandapix

A Genève, la Fondation privée Qualife accompagne les jeunes sans diplôme dans leur recherche d'apprentissage. Une aide rentable sur le long terme, indique un rapport de la Haute école de gestion (HEG) du canton.

Investir dans la jeunesse est une nécessité sociale, mais aussi économique. Voilà ce que défend, à Genève, la Fondation Qualife, qui aide les jeunes de moins de 25 ans sans diplôme à trouver un apprentissage. En collaboration avec la Haute école de gestion (HEG) de Genève, elle vient de publier un rapport qui évalue «ce que cela rapporte d'investir sur la jeunesse afin que tout le monde ait une certification».

De quoi on parle. La Fondation Qualife accompagne les Genevois entre 18 et 25 ans qui n’ont pas de certification du cycle secondaire II, en leur offrant des séances de coaching mais aussi des cours de remise à niveau scolaire. Grâce à un financement privé, ces suivis sont gratuits pour les bénéficiaires.

Concrètement, les jeunes que soutient la Fondation ne sont ni en formation, ni en stage, ni en emploi. Ils sont donc exposés à un risque majeur de précarité financière, mais aussi sociale.

Une situation qui préoccupe. Au bout du lac, la situation de ces non-diplômés inquiète. Interrogés en octobre dernier, des enseignants genevois se montraient sévères sur le système scolaire actuel. Selon eux, le système, trop rigide, valorise certaines branches au détriment d’autres, ce qui contribuerait aux nombreux décrochages que connaît le canton de Genève.

Lire aussi: Ce que les enseignants veulent pour changer l’école genevoise

En 2015, le canton était ainsi le dernier de Suisse en termes de jeunes diplômés. En 2022, il a bien rattrapé son retard en passant à la 21e place nationale. Avec un taux de certifications de 88%, il se rapproche même de la moyenne romande (90%).

Reste qu’avec plus de 12% des Genevois qui quittent les bancs de l’école sans obtenir un CFC, un AFP ou une maturité gymnasiale, un besoin de solutions se fait fortement sentir.

Double bénéfice. D’après le rapport de la HEG, intitulé «Evaluation de l’impact causal du programme Qualife -25» (à paraître), la probabilité de décrocher un apprentissage pour les jeunes suivis par la Fondation Qualife augmente de près de 22%.

«Cela prouve toute l’efficacité d’un programme intensif, qui est fait sur mesure. Prendre le temps de s’adapter aux spécificités de chaque jeune est crucial », relève Mathilde Appia, directrice adjointe de la fondation.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter