Réservé aux abonnés

Absurdité administrative (1): La Suisse refuse l'asile à des enseignantes afghanes menacées par les talibans

Les présentatrices TV afghanes doivent désormais se couvrir le visage. Ebrahim Noroozi / Keystone

En Afghanistan, ils croyaient à l’éducation, aux droits humains, au rôle des femmes et au progrès. En cette matinée d’été, alors que nous échangeons dans leur appartement presque vide à Genève, les membres de la famille Nuri* ne savent que croire. Leur demande d’asile, déposé en décembre 2021, a été rejetée avant l’été.

Une réponse impensable pour cette famille qui a fui les talibans à l’automne dernier, plusieurs mois après la chute de Kaboul. Jusque-là, les frères et sœurs Rachid*, Soheila* et Roxana* tenaient une école financée en grande partie par des dons privés venus de Suisse. Un trio passionné, éclairé… et indigné. Les autorités suisses ont octroyé à la famille une admission provisoire, mais ne l’estiment pas menacée: elle prendra fin dès que la situation en Afghanistan sera jugée plus stable.

Cet article est réservé aux abonnés.

Pour lire la suite de cet article et des milliers d'autres, abonnez-vous à partir de CHF 16.- par mois.

Le journalisme de qualité nécessite du temps, de l'investigation et des moyens. Heidi.news est sans publicité. L'avenir de votre média dépend de vous.

Je profite des 30 premiers jours gratuits

Les bonnes raisons de s’abonner à Heidi.news :

  • Un mois d’essai, sans engagement sur votre premier abonnement
  • La newsletter le Point du jour édition abonnés
  • Les archives en illimité
  • Des échanges avec nos journalistes