| | News

Un réseau vaudois de la seconde-main en faveur de la réinsertion professionnelle

Boutique d'Ateapic à Lausanne Flon | Florent Hiard/ Heidi.news

Fêtes de fin d'année: dans le cadre de notre opération Le monde d’après ne doit pas être celui d’Amazon, nous vous présentons chaque jour du calendrier de l’Avent une idée de proximité pour vos achats de Noël émise par nos lecteurs.

Peut-on lancer une chaîne de magasins et un site de vente en ligne tout en gardant au cœur du projet une portée sociale, éthique et écologique? C’est en tout cas le pari d’Ateapic et ses boutiques de seconde-main installées aux quatre coins du canton de Vaud. Mais derrière l’enseigne, on retrouve tout un réseau œuvrant pour la réinsertion professionnelle.

Pourquoi on en parle. Ateapic fait partie de la société coopérative Démarche qui propose des formations et des stages pour les personnes sans emploi. Lancé en 1998 à Yverdon-les-bains, le projet s’est maintenant étendu à tout le canton de Vaud et se base également sur une dimension écologique.

Plusieurs autres initiatives sont ainsi regroupées au sein de Démarche: Textura pour la revalorisation de vêtements et accessoires textiles de seconde main, Styyle pour le recyclage de vieux vélos et de mobilier, Artraction pour la mise en avant d’artistes et créateurs locaux. Au sein de cet écosystème, Ateapic s’occupe de la vente du tout.

Passer dans une des boutiques d’Ateapic, ou commander en ligne, permet donc de faire d’une pierre trois coups: faire tourner des emplois locaux, aider à la formation de personnes sans emploi, valoriser une activité basée sur le recyclage. En somme, les trois piliers de bases du développement durable.

link

Ateapic

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi