| | News

Trois banques mobilisent 10 milliards pour investir dans la protection de la biodiversité

Une trentaine de décideurs mondiaux, dont Angela Merkel, Emmanuel Macron et Boris Johnson se sont réunis à l’occasion du sommet One Planet sur la protection de la nature./Keystone/Ludovic Marin

A l’occasion du quatrième sommet sur la biodiversité One Planet qui s’est tenu à Paris lundi 11 janvier, la banque genevoise Lombard Odier s’est associée à la britannique HSBC et à Natixis, filiale des groupes Caisse d'épargne et Banque populaire en France, pour lancer la Natural Capital Investment Alliance. Il s’agit du premier véhicule d’investissement à cette échelle (10 milliards de dollars d’ici 2022) dans le capital naturel. Inscrite dans le cadre de l’initiative Sustainable Markets lancée par le Prince Charles, cette alliance va investir dans les innovations destinées à valoriser de manière responsable le capital naturel mais aussi dans la restauration et la préservation de la nature.

Pourquoi c’est significatif. Depuis un siècle, les investisseurs financiers tiennent la nature pour gratuite. Leurs financements ne prennent pas, le plus souvent, en compte les externalités négatives (pollution, émissions de CO2, etc.) générées par les entreprises dans lesquelles ils investissent. Par son poids, la gestion d’actif (120 000 milliards de dollars au niveau mondial) serait capable de mobiliser des capitaux énormes en faveur de la nature.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi