| | News

Smood sert des sommations indigestes avec ses plats

Les entreprises de livraison comme Smood ont connu un véritable boom avec la crise Covid | Photo Heidi.news (DR)

L’histoire en bref. En triant mon courrier du mois de mars, je repère une enveloppe portant le nom d’Arvato. «De la pub», me dis-je, comme je ne connais pas ce logo. Son contenu me prend de court. À l’intérieur, une sommation de payer m’attend pour une créance originaire de Smood. Une commande pour un repas livré à domicile de 49 francs, propulsée à 180 francs par la grâce des frais de dossier de la société de recouvrement Arvato.

Deux choses m’interpellent dans cette lettre impromptue:

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi