| | Radar

Les déchets plastiques, nouvelle source de prospérité pour les mafias

Le Vietnam a remplacé la Chine comme destination des déchets plastiques occidentaux. | HEIG-VD/Julien Boucher

Dans un rapport rendu public le 27 août, Interpol dénonce le rôle des réseaux criminels dans l’exportation des déchets plastiques produits par les pays occidentaux, rapporte Le Monde. Beaucoup de pays riches exportent ces déchets vers des pays pauvres pour qu’ils soient soi-disant recyclés. Cette hypocrisie du recyclage, sur laquelle Heidi.news avait enquêté récemment, et l’opacité de la filière permettent à des mafias de prospérer, en particulier depuis que la Chine a cessé d’accepter ces déchets début 2018.

Pourquoi c’est exaspérant. En 2018, le monde a produit 360 millions de tonnes de déchets plastiques. A peine 10% sont recyclés (et encore, avec des limites) et au moins 8 millions de tonnes se retrouvent dans les océans chaque année, un chiffre qui pourrait tripler d’ici 2040. La Chine n’acceptant plus d’enterrer ou de brûler ces déchets pour les pays occidentaux, leurs exportations vers les pays d’Asie du sud-est ont explosé. Des réseaux illégaux prospèrent sur ces filières en brouillant les origines de ces déchets ou en profitant des difficultés de ces pays à faire appliquer les régulations.

link

Lire l’article du Monde

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi