| | hd

ENQUÊTE DATA - L'économie suisse a mieux résisté que prévu à son année de restrictions

Le 16 mars 2020, la Suisse s’arrêtait. Le semi-confinement faisait alors craindre le pire pour le pays, et pas que sur le plan sanitaire, mais aussi pour son économie, sa dette, son PIB, son chômage, ses faillites. Qu’en est-il un an après? Les prévisions économiques du printemps 2020 se sont-elles confirmées? Heidi.news s’est plongé dans les chiffres disponibles.

Ce qui échappe aux chiffres. La pauvreté et la précarité, et cette précaution avant de plonger dans les données revêt une immense importance. Les chiffres pour 2020 tomberont au plus tôt en fin d’année. Il est donc difficile de connaître l’impact de la crise du Covid sur la paupérisation de la population. Mais les distributions de nourriture augmentent dans le pays, tout comme les difficultés rencontrées par les personnes qui n’ont droit ni au chômage ni aux aides. On ne saurait donc exclure la possibilité que l’année 2020 constitue une déflagration sociale à retardement.

Pourquoi cette analyse est utile. Douze mois après la mise à l’arrêt de pans entiers de son économie, le pays va assez bien. Malgré un déficit de 15,8 milliards de francs, les indicateurs économiques montrent même une belle résilience. Le PIB a baissé et le chômage augmenté, mais des effets étonnants sont observés: baisse du nombre de faillites et création d’entreprises en nette hausse. Entre les prévisions alarmistes et la réalité, «le ralentissement économique en 2020 a été moins fort que prévu» reconnaît l’Administration fédérale des finances.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi