| | News

La défense fustige la vacuité du tentaculaire dossier Steinmetz

Beny Steinmetz, entouré de deux de ses avocats, lors d'une pause à son procès. Keystone / Salvatore Di Nolfi

Les avocats des trois prévenus en avaient des choses à dire. Sept de leurs neuf conseils ont pris tour à tour la parole, entre vendredi et lundi, pour exprimer tout le mal qu’ils pensaient du dossier ficelé par le procureur Claudio Mascotto. Aux envolées lyriques, convoquants Bertold Brecht ou Martin Luther King, s’est superposé un détricotage méticuleux des accusations de corruption d’agent public étranger et de faux dans les titres reprochées au diamantaire Beny Steinmetz, à sa fidèle administratrice, Sandra M., et à l’homme de terrain, Frédéric C. Il s’agit du premier procès de ce type tenu en Suisse.

L’accusation. Tous trois comparaissent depuis le lundi 11 janvier devant le tribunal correctionnel de Genève en raison de onze paiements totalisant 8,5 millions de dollars versés à Mamadie Touré, la quatrième épouse du défunt président guinéen, Lansana Conté. En échange de quoi, selon ce pacte présumé corruptif, le Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) a obtenu les concessions sur les gisements de fer de la région de Simandou, dont 51% ont été revendues peu après pour 2,5 milliards de dollars au groupe brésilien Vale.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi