| | News

«J'hallucine!» Le cri d'alarme d'un restaurateur genevois

Le Café Babel, comme tous les établissements genevois, espère des clients (photo Café Babel/droits réservés)

Tour à tour, et parfois simultanément, les différents secteurs économiques que la crise sanitaire a rendus exsangues hurlent leurs urgences et leur peur de disparaître. Empêchés de travailler durant trois mois cette année, les cafetiers/restaurateurs vivent, comme d’autres professions, un véritable drame. Un drame qui n’est pas que le leur mais celui de l’ensemble de la population, privée momentanément de ces cathédrales du lien social, sans trop savoir combien seront encore debout dans le «monde d’après».

Pourquoi on en parle. Fermés depuis le 2 novembre, pour la deuxième fois en 2020, les établissements genevois n’en peuvent plus. Et espèrent pouvoir accueillir à nouveau leurs clients le 10 décembre, cette date qu’ont fait miroiter plusieurs gouvernements cantonaux romands avant, pour certains, de rétropédaler. Ce qui semble de plus en plus être le cas de Genève, où la rumeur d’un report de l’ouverture des bistrots et des restos au 17 décembre prend corps.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi