| | Interview

Hélène Tordjman: «La relance verte est une fuite en avant»

La relance verte se résume-t-elle à masquer les enjeux sous une couche de peinture? | Image d'illustration Pixabay / Clker-Free-Vector-Images

Pandémie oblige, les gouvernements présentent les uns après les autres leurs plans de relance, souvent en insistant sur leur dimension «verte» et en revendiquant le double objectif de redresser l’économie et l’environnement. Mais derrière l’effet d’annonce, que reste-t-il de durable dans ces promesses d’investissements?

Dans son livre récemment paru La croissance verte contre la nature (La Découverte), l’économiste et maître de conférence à l’Université Paris-Sorbonne Hélène Tordjman déconstruit le socle historique et philosophique de «l’écologie marchande». Finance durable, séquestration de carbone, monétarisation de la nature: elle abat un à un les piliers de la «croissance verte» pour démontrer que ses buts sont loin d’être atteints, notamment parce qu’ils reposent sur des technologies énergivores.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi