| | Interview

Pierre Maudet: «Des milliers d’emplois et d’entreprises pourraient disparaître»

Keystone / Salvatore Di Nolfi

Le 15 octobre, le Département du développement économique, dont Pierre Maudet a la charge, a diffusé un communiqué de presse pour proposer des mesures de soutien en faveur des six secteurs économiques «les plus fragilisés», qui représentent près de 10’000 emplois directs et indirects. Il s’est félicité du fait que le canton de Genève est le premier à présenter sa liste de «cas de rigueur» à la Confédération, afin de demander une aide financée à parité par Berne et par le canton. Cette liste comprend le secteur hôtelier, les agences de voyages, le transport de personnes, l’évènementiel, les forains et les activités dépendantes du secteur de l’aviation civile. La restauration n’y figure pas, en dépit des difficultés du secteur.

Cependant, ces aides à fonds perdus ne sont pas pour demain. Elles se fondent sur la loi Covid-19, votée en septembre par les Chambres fédérales. Il manque encore l’ordonnance d’application, qui fixe les modalités concrètes du déblocage des fonds. A ce stade, on ignore même si une enveloppe globale plafonnera les montants alloués. Les entreprises en difficulté ne peuvent espérer le moindre coup de pouce avant février 2021, date à laquelle l’ordonnance devrait entrer en vigueur. Pierre Maudet répond à nos questions.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi