| | Interview

«Compter sur la responsabilité sociale des entreprises ne suffit pas»

Au abords de la mine de Cerro de Pasco, au Pérou, exploitée par Glencore et épinglée par l'Initiative multinationales responsables. | Javier Arcenillas / LUZ (KEYSTONE/LUZ Photo/Javier Arcenillas)

Les Suisses voteront le 29 novembre sur l’Initiative multinationales responsables. Le texte prévoit notamment un accès aux tribunaux suisses pour les victimes de violation des droits de l’homme ou de l’environnement à l’étranger. Alors que la campagne s’intensifie, le chercheur indépendant Yvan Schulz, auteur d’une thèse en anthropologie à l’Université de Neuchâtel, et Ellen Hertz, professeure à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, publient un ouvrage sur la responsabilité sociale des entreprises, intitulé «Entreprises et droits humains, les limites de la bonne volonté». Yvan Schulz nous explique pourquoi ce système d’autoréglementation développé au cours des dernières décennies n’a pas atteint les résultats escomptés.

Heidi.news – Comment le concept de responsabilité sociale des entreprises s’est-il imposé?

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi