| | Analyse

Comment Ursula von der Leyen utilise le Covid pour relancer la construction européenne

Un an après ses débuts, la présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen entre dans une période critique pour sa relance de l’UE. Keystone/Francisco Seco

Mal élue et étrangère au sérail, la présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen (62 ans) a débuté son mandat il y a tout juste un an à la tête d’une Union minée par les crises des dettes, de l’euro, des migrants et du Brexit. A l’issue de ses 100 premiers jours, bien peu pariaient sur le futur d’une présidente boudée par les fonctionnaires de son administration et dépassée par les fermetures chaotiques des frontières. Mais dans les mois qui ont suivi elle a transformé la crise Covid en une opportunité de relancer une Europe qui, il est vrai, n’a jamais avancé qu’au travers de crises.

Pourquoi c’est géopolitique. Alors que son prédécesseur Jean-Claude Juncker menait une «Commission de la dernière chance», l’ancienne ministre de la Défense allemande a pris la mesure de la profondeur des changements géopolitiques et de l’agressivité croissante des puissances, des États-Unis de Trump à la Turquie d’Erdogan en passant par la diplomatie mercantile de la Chine.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi