| | News

Comment le racisme sévit dans les wagons CFF

Contrôle dans un train des CFF. Photo: KEYSTONE/Yannick Bailly

S’affaler côté fenêtre, lire, consulter son smartphone, laisser le paysage défiler, éventuellement s’assoupir. Pour la majorité des Suisses, prendre le train, du moins lorsqu’il n’est pas bondé, est synonyme de détente. Pour ceux dont la peau contient davantage de mélanine, cependant, chaque trajet, au détour d’un contrôle des gardes-frontière ou des contrôleurs CFF, peut se transformer en calvaire: appel non justifié de la police, violence verbale ou encore contrôle au faciès.

Pourquoi c’est important. Notre enquête révèle des abus de la part de contrôleurs CFF et de gardes-frontière à l’égard des personnes noires, lors de contrôles dans les trains. Des employés et des victimes décrivent un racisme certes pas généralisé, mais dont le caractère récurrent irrite et peut même générer des troubles psychologiques.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi