Réservé aux abonnés

Pourquoi la Suisse devrait se préoccuper de TikTok

Pexels / cottronbro studios

Les Etats-Unis ont interdit l'utilisation du réseau social chinois pour les employés fédéraux ainsi qu'au sein du Sénat et de la Chambre des représentants. En Suisse, certains élus s'interrogent aussi. Des experts estiment que les risques sont réels.

Le populaire réseau social chinois TikTok est-il en sursis en Occident? Alors que les Etats-Unis viennent d’interdire l’utilisation de son application smartphone par les employés de l’Etat ainsi qu’au sein du Sénat et de la Chambre des représentants, des élus fédéraux suisses semblent vouloir en faire autant, selon 20 Minuten. Si pour l’heure la Confédération n’a pas prévu d’agir, le Centre national pour la cybersécurité suivrait le dossier de près, selon son porte-parole cité par le journal alémanique. Du côté de l’Union européenne, des enquêtes sont en cours sur le traitement des données personnelles par l’application.

Lire aussi: Pourquoi il faut fuir les navigateurs de Facebook, Instagram et TikTok

De quoi on parle. Le réseau social, qui affirmait en septembre 2021 avoir dépassé le milliard d’utilisateurs actifs chaque mois, est détenu par l’entreprise chinoise ByteDance, théoriquement soumise au contrôle du gouvernement communiste. ByteDance a admis fin décembre 2022 que certains de ses employés avaient eu accès aux données de TikTok pour traquer deux journalistes américains.

Ce sont d’ailleurs ces révélations qui ont poussé les Etats-Unis à réagir. Mais le média Forbes avait déjà pointé du doigt en octobre la volonté de l’entreprise chinoise d’utiliser TikTok pour suivre les déplacements de certains citoyens américains triés sur le volet.

Lire aussi: Olivier Tesquet: «A défaut d'adhérer au régime chinois, on a adopté ses technologies»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter