Réservé aux abonnés

Metatribes, un projet neuchâtelois de NFT qui mêle science-fiction et écologie

La première collection contenait 2073 NFT représentant des soldats de quatre tribus différentes en format 3D haute définition. | themetatribes.com

En l’an 2073, l’intelligence artificielle a surpassé l’intelligence humaine. L’humanité vit dans le métavers et ne le quitte plus. La réalité virtuelle est devenue bien plus agréable que ne l’est la réalité, et des néo-oligarques ont pris le pouvoir dans cette nouvelle dimension. Il ne s’agit pas du synopsis d’un film hollywoodien, mais d’une histoire liée à un projet de NFT neuchâtelois.

Dans ce scénario de fiction, le métavers nécessite de grandes quantités d’énergie pour fonctionner, alors que la planète se meurt. L’humanité s’est perdue dans cette réalité virtuelle, et au sein de celle-ci une intelligence artificielle va développer une conscience. Cette dernière va réaliser que seule une bataille contre l’humanité pourra venir en aide à la planète terre.

De quoi on parle. Intitulé Metatribes, ce projet a vu le jour à Neuchâtel, porté par un partenariat entre Quantum Agency, une société de marketing numérique et trois autres personnes actives dans le secteur des NFT. Metatribes, c’est une collection de créations artistiques en 3D, réalisées avec le moteur graphique dernier cri Unreal Engine 5. C’est cette même technologie qui a permis de créer la démo de jeu vidéo Matrix Awakens sur PC et consoles de dernière génération.

La première vente publique (mint) a eu lieu le 4 mars, et l’ensemble des NFT a été vendu, pour un chiffre d’affaires d’environ 600'000 francs. Les détenteurs de ces objets numériques peuvent les conserver, les échanger, les donner ou les vendre, notamment sur la plateforme OpenSea. Sur chaque vente, Metatribes recevra 10% du montant sous forme de royalties.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter