Réservé aux abonnés

«Le risque d'isolement numérique de la Russie est bien réel»

Florence G'sell est professeur à l'Université de Lorraine. | DR

Dès le lundi 7 mars, Heidi.news invite à prendre de la hauteur par rapport à la guerre en Ukraine et son flot incessant d'informations. Pour cette «semaine des spécialistes», nous sommes partis à la recherche d’esprits aiguisés pour nous aider à mieux comprendre ce qui se joue là, sous nos yeux, à notre porte. Florence G'sell est professeur à l'Université de Lorraine, où elle enseigne le droit. Elle s'occupe aujourd'hui principalement des questions juridiques liées à la transition numérique.

C’est l’un des champs de bataille de l’invasion russe en Ukraine: le numérique. Pour diffuser sa propagande auprès de ses administrés, Vladimir Poutine multiplie les mesures coercitives à l’égard des diffuseurs d’informations indépendantes. Florence G’sell analyse la réaction inédite des géants de la technologie pour lutter contre cette désinformation. Elle estime que la loi de censure entrée en vigueur le 4 mars est tellement sévère que la Russie n’aurait même plus besoin de se couper de l’internet mondial pour contrôler l’information sur son territoire.

Heidi.news — Les réseaux sociaux ont très rapidement pris des mesures fortes après l’invasion russe en Ukraine. C’est historique, quand on voit à quel point les plateformes avaient eu de la peine à réagir après l’assaut du Capitole en janvier 2021. Comment analysez-vous la situation?
Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter