Réservé aux abonnés

La liberté sera-t-elle un gros poisson d'avril?

Grégoire Barbey

La Suisse fait l’expérience d’une levée quasi-totale des mesures sanitaires. Depuis jeudi, on peut à nouveau déambuler dans les rayons des supermarchés sans masque et consommer dans des restaurants sans certificat Covid. Mais derrière cet apparent vent de liberté qui souffle sur le pays après deux ans de crise sanitaire, le Conseil fédéral n’a pas totalement abandonné ses superpouvoirs: la situation particulière est prolongée jusqu’au 31 mars. Jeudi n’était donc pas le grand jour de la libération. Les cantons n’ont pas encore pleinement récupéré leurs prérogatives.

Chez nos voisins français, la liberté n’est pas encore à l’ordre du jour: la levée du pass vaccinal est conditionnée à la situation dans les hôpitaux. Fin février, seule l’obligation du port du masque sera levée dans les lieux où il est exigé. Le gouvernement français n’exclut pas une levée généralisée du port du masque et un allègement du pass vaccinal à la mi-mars, à condition que la circulation du virus soit très faible. D’autres pays européens ont au contraire fait le choix d’abandonner pass sanitaire et restrictions en ce début d’année: le Danemark, la Croatie, le Royaume-Uni et l’Irlande.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter