L'Etat islamique se lance dans les NFT

Image d'illustration. | AP Photo via Keystone / Hussein Malla, File

Les terroristes ne manquent jamais l’occasion d’exploiter les technologies émergentes à leur avantage. Le Wall Street Journal rapporte la découverte par d’anciens hauts responsables du renseignement américain d’un premier NFT attribué à l’Etat islamique. Il s’agit d’une carte numérique faisant l’apologie de militants islamistes ayant attaqué une position talibane en Afghanistan au mois d’août 2022. Le NFT porte l’emblème de l’Etat islamique.

Pourquoi on en parle. Ce NFT, qui a été aperçu sur une plateforme d’échange, pourrait être un ballon d’essai pour développer de nouveaux moyens de financer les activités de l’organisation terroriste, qui a perdu beaucoup de terrain ces derniers mois. Les jetons non fongibles sont hébergés sur une blockchain publique, et sont réputés incensurables. Cela signifie qu’aucune autorité ne peut faire disparaître le NFT de l’Etat islamique.

Si les NFT ne peuvent pas être supprimés, il existe malgré tout d’autres moyens pour limiter leur diffusion. Aujourd’hui, l’écrasante majorité des jetons non fongibles est listée par des plateformes d’échange telles qu’OpenSea ou Rarible. Les autorités peuvent imposer à ces acteurs de retirer les NFT incriminés. Rarible a d’ailleurs annoncé, après la publication de l’article du Wall Street Journal, avoir supprimé le NFT de l’Etat islamique et banni son propriétaire pour violation de ses directives communautaires.

link

A lire sur le Wall Street Journal