Réservé aux abonnés

Cryptomonnaies: «Nous nous sommes tous fait avoir par FTX»

Jérôme Bailly est vice-président de la Crypto Valley Association. | CVA

Le scandale FTX continue de secouer le monde des cryptomonnaies. Jérôme Bailly est vice-président du conseil de la Crypto Valley Association, dont la plateforme controversée était membre. Il a accepté de revenir sur ce séisme.

Les temps sont durs dans le secteur des cryptomonnaies. La faillite de la plateforme d’échange FTX, numéro deux mondial, continue de faire des vagues. Faut-il craindre des répercussions en Suisse? Vice-président du conseil de la Crypto Valley Association (CVA), réseau suisse qui regroupe de nombreux acteurs des cryptomonnaies, Jérôme Bailly se veut plutôt optimiste. Il révèle également que la filiale européenne de FTX était membre depuis avril de son organisation. Son représentant suisse avait même participé à un événement à Zurich en juin.

Heidi.news — Quels sont les premiers retours que vous avez des entreprises suisses actives dans la crypto depuis la faillite du géant FTX?

Jérôme Bailly — Nous préférerions tous que le marché ne se retrouve pas dans cette situation. Mais en Suisse, il n’y a ni panique, ni risque de faillite. Honnêtement, personne n’a vu venir cette fraude massive, et son échelle a surpris tout le monde. Nous sommes déçus, nous avons le sentiment de nous être fait avoir en donnant trop facilement notre confiance à un acteur qui semblait validé par les plus grands fonds de capital-risque de la planète, ainsi que par quasiment tous les médias.

Lire aussi: Pourquoi la faillite du géant crypto FTX fait craindre le pire à l'industrie

Craignez-vous que la contagion puisse toucher des acteurs locaux?

Si contagion il y a, elle serait indirecte. Il pourrait s’agir d’une crise de liquidités. Le marché ne se porte pas bien depuis une année, notamment à cause d’autres fraudes qui ont sapé la confiance des investisseurs (comme Celsius). Ce nouveau rebondissement ne nous aide clairement pas. Jusqu’ici, nous pensions que la baisse allait durer deux ans au total, mais là, nous nous attendons à ce qu’elle se prolonge. Et forcément, pour beaucoup de start-up qui vivent de leurs financements, il faudra tenir dans ce contexte difficile, parce que lever de l’argent n’est pas une mince affaire surtout en ce moment.

Est-ce qu’un scandale comme FTX pourrait se produire en Suisse?
Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter