| | Radar

Pourquoi on ne va pas connaître les «années folles» après le Covid-19

Keystone

La perspective d’une époque synonyme de forte intensité sociale et culturelle comme aux lendemains de l’épidémie de grippe espagnole et de la Première Guerre mondiale n’est malheureusement pas à l’ordre du jour nous explique l’historien John M. Barry dans les lignes de Politico.

Pourquoi ça ne sera pas pareil. Au jeu des différences: à l’époque les morts étaient majoritairement les jeunes, amenant les survivants à aborder la vie d’une nouvelle manière. Rappelons également que 20 millions de morts sont attribués à la Première Guerre mondiale et entre 50 à 100 millions à l’épidémie de grippe espagnole. Quant aux «excès» post-covid, ils seront certainement moindres. Cent ans après les années folles de 1920, il semblerait que l’on se dirige vers un rebond économique mais culturellement modéré: «Ce sera probablement sans le sentiment de désillusion, sans la sauvagerie, sans le fatalisme, sans la culpabilité du survivant, sans la question de savoir pourquoi je suis en vie».

link

Politico

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi